Accueil Bertrand Belin en concert
Lundi 15 juillet 2024 : 6275 concerts, 27137 chroniques de concert, 5414 critiques d'album.


Adepte du mélange des genres, Bertrand Belin brouille la frontière entre musiques savantes et populaires. On entend dans ses superbes compositions de la chanson française, de la folk music, de la pop et de la musique contemporaine, voire une bossa cubiste... En concert avec Les Percussions Claviers de Lyon au 104, à Paris, le 25 juin 2021 et en tournée française en juin 2021. A lire, un entretien avec Bertrand Belin à propos de son album "Persona". En concert salle Pleyel à Paris le 9 décembre 2022, à l'Olympia de Paris le 30 mars 2023 et en tournée en 2022/2023/2024 pour accompagner la sortie de l'album "Tambour vision" (sortie 6 mai 2022)...

Bertrand Belin : vos chroniques d'albums
Site

Bertrand Belin : tous les concerts

Bertrand Belin : les dernières chroniques concerts 22 avis

Bertrand Belin

Critique écrite le 11 février 2024, par Sébastien Lopez

Cité de la musique, Paris 7 février 2024

Bertrand Belin en concert

En deux heures et quelques 17 titres, le dandy breton Bertrand Belin a embarqué le public de la Cité de la Musique dans son univers empreint de poésie et de musique sophistiquée.Accompagné de 5 musiciens talentueux, cela va sans dire : Thibault Frisoni aux claviers, à la basse et aux choeurs, Julien King Omé à la guitare, Sylvain Joasson à la batterie, Lara Oyedepo au xylophone, aux claviers et aux choeurs, et Jean-Baptiste Julien aux claviers, ce groupe qui jouait ce soir sa 109ème date de la tournée "Tambour Vision" semble prendre un plaisir fou à jouer son set comme si c'était la première fois autant que nous sommes heureux de l'écouter. Chaque titre est par ailleurs éclairé subtilement et sublimement, sans effet inutile, par un jeu de couleurs qui illustre chacune des 17 Chansons comme autant de tableaux.Si Belin était un temps il serait sans conteste le présent perfect. Il est le parfait trait d'union entre le 20ème et le 21ème siècle. Comme si le meilleur d'hier souhaitait nous offrir du rabe. C'est d'autant plus remarquable à travers les titres de ce dernier album "Tambour Vision"... Lire la suite

Bertrand Belin, Uzi Freyja (Festival Au Large)

Critique écrite le 02 juillet 2023, par Pirlouiiiit

Théâtre Silvain, Marseille 30 juin 2023

Bertrand Belin, Uzi Freyja (Festival Au Large) en concert

Pfff ... ce soir encore il n'y avait que l'embarras du choix ... Catalogue et No Jazz Quartet au Leda Atomica Musique (pour la clôture de la saison - voir la chronique de VV par ici), Clovis Nicolas Quartet au Club 27 (un concert JAM hors les murs), et cette affiche du festival Au Large panachée avec De la Crau (dont je suis fan), Bertrand Belin (que j'aime bien) et Uzi Freija (que je ne connaissais pas), sur laquelle je lorgnais depuis un moment avec Svet . Ayant à la base prévu de venir avec Svet histoire de nous baigner après le concert comme nous l'avions fait après Magma l'année dernière (voir par ici), c'est donc sur ce 3ème que c'était porté mon choix. Entre temps Svet s'est cassé le pied et les choses ont singulièrement commencé à se gâter après l'évènement tragique de mardi à Nanterre. Évènement que j'ai suivi comme à mon habitude de très loin, d'autant que j'étais parti à Montpellier 3 jours pour un congrès. Aussi en prenant mon train suffisamment tôt pour ne pas rater De la Crau qui ouvrait au théâtre Silvain, j'ai été assez surpris d'apprendre que les transports en commun s'arrêteraient ce soir à 18h à Marseille (où j'ai appris que la façade de l'Alcazar a été endommagée - difficile de comprendre le message politique dans un... Lire la suite

Bertrand Belin + Chateau Forte (Festival Avec le Temps)

Critique écrite le 19 mars 2023, par Pirlouiiiit

Espace Julien, Marseille 18 mars 2023

Bertrand Belin + Chateau Forte (Festival Avec le Temps) en concert

Cette année j'ai vu le moment où je n'allais assisté à aucun concert du pourtant très riche et varié festival Avec le Temps. Pas mal de trucs que j'aurais bien aimé découvrir mais trop de boulot. Aussi je m'étais dit que si je ne devais en voir qu'un ce serait Bertrand Belin, suite à la très bonne impression qu'il m'avait laissé lors de son passage au Zef lors d'une précédente édition du même festival. Petit coup de stress en début d'après midi quand on m'apprend que le concert ultra complet depuis belle lurette ne permettra a priori pas de nous recevoir. Finalement quelques professionnels ayant annulé ce sera possible, ouf ! Pas question d'arriver en retard et de rater la première partie, d'autant que l'Espace est en configuration assise (dommage pour tous ceux qui auraient pu venir si cela avait été debout) et si j'ai bien compris il n'y aura pas d'autre photographe que celle du festival. Dès le coup de sifflet final du matche Irlande-Angleterre retentira je prendrai mes jambes à mon coup, direction l'espace où j'arriverai avant le début du set de Château Forte. Je découvre donc le duo formé par Lola-Lý et Clément sur scène, comme la plupart des groupes que je découvre, sans savoir à quoi m'attendre, si ce n'est que le chant... Lire la suite

Bertrand Belin

Critique écrite le 07 décembre 2022, par Pierre Andrieu

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 29 novembre 2022

Bertrand Belin en concert

Avant de jouer à la salle Pleyel en décembre puis à l'Olympia en mars, Bertrand Belin se produisait pour la première fois dans la grande salle de La Coopé fin novembre, après avoir enchanté moult fois le club avec ses prestations de haut vol. Force est de constater que le passage à des lieux plus vastes n'a en rien affecté la qualité du show de l'auteur de "Tambour Vision" : c'est toujours la grande classe ! A peine descendu du train, un peu fatigué par notre escapade "à la capitale" pour assister au show mémorable de The Cure à Bercy, on arrive rue Serge Gainsbourg en se disant que ça va être dur de se faire emporter après toutes les émotions vécues la veille. Et puis, dès le premier morceau, "Carnaval", Belin et sa troupe de musiciens (modifiée et étoffée) arrivent à nous saisir en un clin d'œil. Par quel miracle ? En bâtissant un univers "chanson électro pop" audacieux sur lequel la voix du maître de cérémonie fait merveille. Les cinq musiciens (deux claviers, dont Thibault Frisoni, parfois à la basse, une guitare, un marimba, une batterie, mais pas celle de Tatiana Mladenovitch) et leur chanteur (qui joue peu de sa "six cordes", mais toujours aussi bien) sont vraiment fortiches : ils arrivent à recréer les atmosphères... Lire la suite

Bertrand Belin : les chroniques d'albums

Bertrand Belin : Tambour Vision

Chronique écrite le 09/05/2022, par Pierre Andrieu

Bertrand Belin : Tambour Vision

Déjà entamée sur son précédent disque studio, "Persona", la mue de Bertrand Belin en direction d'un univers plus électronique se poursuit sur "Tambour Vision", un magistral nouvel album où il n'est " pas exagérément question de tambour, ni de vision, un peu seulement " et qui est porté par une " production neuve et belle, réalisée avec Thibault Frisoni ". Oui, dans une savoureuse note d'intention publiée sur ses réseaux sociaux le principal intéressé parle très bien lui-même de sa nouvelle collection de chansons ! On se permettra d'ajouter que les atmosphères synthétiques sont de qualité supérieure, et mettent parfaitement en valeur la voix de crooner du Breton, toujours superbe et évocatrice, et ses compositions à la fois accrocheuses, énigmatiques et permettant de multiples interprétations. Belin a ce talent unique pour faire tourner à plein régime l'imaginaire de l'auditeur, qui, ainsi stimulé, peut partir très, très loin. Sous la très belle pochette inspirée par le film d'Alfred Hitchcock "Vertigo" ("Sueurs froides", en version française), le chanteur, acteur et romancier a caché moult titres excitants pour la psyché et joliment référencés (Bowie, Leonard Cohen, Elvis et le rockabilly, le hit ultime du genre, "Be-Bop-A-Lula", signé... Lire la suite

Bertrand Belin : Persona

Chronique écrite le 14/01/2019, par Pierre Andrieu

Bertrand Belin : Persona

Surnommé "the french Nick Cave" par Anton Newcombe (qui en parle dans cette interview, ici) depuis sa participation remarquée - via le tube "Dimanche" - au déjà culte "Shadow People" des Liminanas, Bertrand Belin fait son retour sous son propre nom avec un sixième album nommé "Persona", un disque plus orienté synthétiseurs mais tout aussi séduisant et intrigant que les précédentes aventures du monsieur... Après avoir fréquenté le même studio à Sheffield que Richard Hawley, les Arctic Monkeys et Jarvis Cocker afin de mettre en boite ses deux derniers disques, "Parcs" et "Cap Waller" (qu'on a usés jusqu'à la trame à force d'écoutes répétées), le french songwriter looké comme un cowboy rock 'n roll a cette fois-ci enregistré dans son studio à Montreuil, ce qui lui a permis de prendre son temps. Dans ces conditions optimales, Bertrand Belin a, en plus, été secondé par les fidèles et excellents Thibault Frisoni (guitares et claviers) et Tatiana Mladenovitch (batterie et chœurs), ce qui aboutit à moult réussites : le brumeux tube avec un p'tit côté Bashung "Choses Nouvelles" (et ses impeccables synthés et cordes), le très mélancolique titre "Glissé redressé", l'entêtant hit synthétique "De corps et d'esprit", l'entraînant, gorgé de... Lire la suite

Bertrand Belin : Cap Waller

Chronique écrite le 15/10/2015, par Pierre Andrieu

Bertrand Belin : Cap Waller

Le disque précédent de Bertrand Belin, l'inépuisable Parcs, a été tellement écouté partout où c'était humainement possible qu'on le connaît aujourd'hui par cœur et qu'on a même décidé de prolonger l'immersion dans le monde du songwriter français avec la lecture de son roman, le très bon et super original Requin... Inutile de dire donc qu'on attendait avec une grande impatience le nouvel opus, intitulé Cap Waller ! Dans la lignée de ses prédécesseurs (dont on ne s'est toujours pas lassé... ), il permet de pénétrer de plain pied dans un univers à la fois singulier et familier : voix grave, nonchalante et chaude, chansons bien écrites, paroles intrigantes, arrangements ciselés, c'est encore une fois de la belle ouvrage entre chanson, pop, country, folk ou blues. Séduisant au premier abord (si toutefois l'on n'est pas fan des "génies" Maître Gims ou Black M), cet album de onze titres a en plus le mérite d'offrir plusieurs niveaux de lecture. Ainsi, au fil des écoutes, on découvre tel ou tel détail sonore passé inaperçu jusqu'ici ou on remarque pour la toute première fois des tournures de phrases surprenantes. Et, sans surprise, l'on se rend compte que Cap Waller bénéficie de la présence à son générique de nombreux... Lire la suite

Bertrand Belin : Cap Waller

Chronique écrite le 04/10/2015, par Pirlouiiiit

Bertrand Belin : Cap Waller

Cela fait maintenant plusieurs années que j'entends dire le plus grand bien de Bertrand Belin sans avoir eu l'occasion de le voir sur scène (est il jamais passé à Marseille?). En plus je suis fan de sa talentueuse batteuse Tatiana Mladenovitch dont il a réalisé le 4 titres Sunnight (et même joué sur l'album); j'ai donc profité de la sortie de son 5ème album pour essayer de rattraper ce retard. J'ai donc été surpris par cette voix ténébreuse qui m'a fait penser à tout un tas de voix familières (que j'aime bien en plus) comme Jean Louis Murat, Alain Bashung, Arthur H mais aussi pour le côté nonchalant et un brin décalé je pense, Alexis HK et Thomas Fersen. Passé la première écoute où (surement focalisé sur la batterie) j'ai trouvé qu'on reconnaissait bien le son de Best (le... Lire la suite

Bertrand Belin : Vidéo

Bertrand Belin : écoute